Construction, technique

Une aile neuve pour le canary du club

Pour ceux qui n’étaient pas au courant un « éternel » élève nous as tué le canary (l’avion école)!

Ce vénérable avion à subi la dure loi de la gravité et des arbres juste après que l’apprenti pilote ait renoncé a le sustenté néanmoins secondé d’un professeur expert « quin’apaspuleratraper ! »

Résultat un stabilisateur et une aile cassé.

Le stab c’est facile on en as un de disponible d’un précédent avion école qui as volé 10 secondes …

Pour l’aile c’est plus compliqué car ce canary était un peu spécial .96_CANARY_131

Je l’ai acheté il y as quelques années et lorsque je l’ai déballé certes il ressemblait à un canary mais avec quelques particularités : train rigide de calmato, aile avec servo séparés, capot accés reservoir et surtout une aile fixée par vis plastique avec un profil très plat et vrillée !

J’entends d’ici les critiques « elle pourrie ton aile ! »

Que nenni ! cette aile à bien remplie son rôle avant que c’te brute la casse .

D’ailleurs tous ceux qui ont fait volé cet avion le trouvais super car il acceptait tout sans jamais décrocher !

LE VRILLAGE D’AILE

Je vais tenter de vous expliquer cette technique sans trop vous faire mal aux neurones .

Un profil d’aile, celui de notre canary s’appelle « Clark Z », a une propriété qui nous intéresse terriblement, celle de générer une portance.

La portance est une force crée par la vitesse de l’air qui s’écoule le long du profil de notre aile et qui s’oppose au poids de l’avion donc qui tient l’avion en l’air.

Attention ça va se compliquer énormément, éloignez les enfants de l’écran svp !

La portance est fonction de deux principaux paramètres : la vitesse de l’air et de l’angle d’incidence du profil de l’aile index

Pour schématiser avec une vitesse donnée une aile aura une portance fonction de son incidence et qui se répartie sur toute l’envergure .

C’est d’ailleurs pour cela que nos avions sont si encombrants !

Je ne vais pas vous abreuver de graphiques compliqués mais vous comprendrez que la portance à des limites :

- quand on tire le manche de profondeur comme un âne qu’est-ce qu’il se passe : ça décroche !

- si en plus la vitesse est insuffisante : ça décroche !

On ne va pas revenir sur le décrochage mais tous le monde aura compris que nos avions ont des limites .

Le vrillage négatif des saumons d’aile est une astuce pour repousser les limites de portance .

En effet avec une aile ayant une incidence identique d’un bout à l’autre la perte de la portance intervient sur l’ensemble de l’aile au même instant .

Le résultat, Dada le connait, l’avion par violemment en tonneau .

Par contre avec quelques degrés de différence en bout d’aile, celle-ci garde un comportement sain car les bout d’aile conserve de la portance alors qu’il n’y en as plus au centre.

vrillage

 

Voilà en en a fini avec la théorie . Je n’ai pas écris tout ce baratin pour vous déballer ma science mais pour expliquer que construire une aile plate en structure bois c’est facile mais pour la faire vriller à la bonne valeur et dans le bon sens c’est plus chiant.

C’est pour ça que je me suis tourné vers la technique de l’aile polystyrène coffrée balsa. C’est solide (quoique avec Jojo …) et en plus j’ai une machine pour découper le poly.

La CNC Fil Chaud c’est simple; un ensemble piloté par ordinateur déplace un fil chauffé à une valeur précise pour découper une forme.

En gros on dessine à l’ordi les profils de l’aile que l’on veut et la machine découpe … Ça c’est dans les rêves car la pratique est plus compliquée car dans l’aile il peut y avoir des clés pour l’assemblage, des longerons, des passages de câbles etc. On est donc obligé de découper un profil en deux parties puis de les coller ensuite .

Notre aile se compose de deux demi aile symétriques composées de deux morceaux chacune et à chaque fois la partie supérieure et l’inférieure .

Le logiciel de découpe de la machine me permet de prévoir le vrillage négatif de l’aile (2°) et le dièdre (2° par demi aile soit 4°)

Soit 8 pains de polystyrène découpés aux dimensions nécessaires avec une fonction guillotine bien pratique et très précise .

20170115_184622

Voilà les 8 pains découpés selon leurs profils .

20170115_195114

Les 8 pains ouverts juste pour montrer le passage de la clé d’aile, le passage de câbles et des centreurs pour que tout s’aligne au collage.

20170116_184529

A ce stade on supprime les dépouilles qui ne serviront pas et on assemble les parties inférieure et supérieure par de la colle à bois toute simple .

20170116_190241

Une fois assemblées on charge le tout avec un truc lourd qui ne sert plus à rien : des vieilles encyclopédies ! et on va se coucher en attendant que ça sèche .

20170116_191216

Une fois nos tronçons d’aile sec on en profite pour recouper les saumons en biseau à 45° et l’emplanture à 2° pour le dièdre.

On découpe 2 fois 2 nervures : une entre les 2 parties de chaque demi aile et une à l’emplanture .

 Elles sont collées à la colle blanche .

20170122_19132420170122_19261020170123_181719

On découpe ensuite l’emplacement des ailerons et on colle une baguette balsa 3 mm avec quatre petit renforts pour maintenir les charnières.

On colle en même temps le bord d’attaque balsa 6mm et un morceau de planche balsa 1.5 mm au saumon .

20170123_20075820170124_195748

 Ainsi l’entourage de l’aile est terminé au rabot et cale à poncer .

Les coffrages balsa 1.5 mm sont préparés avec trois planches assemblées simplement à la cyano .

La méthode est simple on s’assure que les planches sont bien droites sinon on retaille légèrement, on les assemble bord à bord avec du scotch d’écolier, on retourne l’ensemble, sur un bord de table on dépose la cyano dans la charnière, on referme et un coup d’essuie-tout pour ôter l’excédent . pas le temps de dire ouf c’est fini !

20170125_18302820170125_18322120170125_183158

Pour le coffrage on dépose nos planches assemblées sur la dépouille de polystyrène, on encolle la partie à coffrer de l’aile, on ferme avec la dépouille supérieure et on charge avec les encyclopédies !

J’ajoute des pinces au bord d’attaque pour bien coller à cet endroit .

20170125_18353820170125_184800

J’ai fait le coffrage en deux étapes l’intrados puis l’extrados pour coffrer tranquillement les puits de servos mais je me suis aperçu qu’au séchage l’aile est légèrement cintrée !

Bien fait pour moi j’aurai pas du et en plus je le savait ; une aile se coffre en une fois !

Bref on recommence pour l’extrados colle, coffrage, dépouille et encyclopédies .

20170129_18451420170129_190357

Au final on obtient deux demi ailes. J’ai laissé un blanc pour terminer le coffrage avec un petit triangle en ctp 1.5 mm pour renforcer au niveau des vis de maintien .

20170131_195348

On n’as plus qu’a glisser la clé d’aile tube alu 22mm et une nervure en ctp .

Assemblage classique à l’époxy lente .

20170131_195427

Voilà la bête, Jojo n’a plus qu’a l’entoiler !

20170131_195604

4 Réponses à “Une aile neuve pour le canary du club”

  1. Le 7 février 2017 à 18 h 40 min lesliliputiens a répondu avec... #

    Super article très formateur

  2. Le 7 février 2017 à 19 h 31 min LE BARBU a répondu avec... #

    Mais qu’est ce que c’est long pour rédiger un article sur ce site …à face de bouc …

  3. Le 3 septembre 2018 à 22 h 50 min JFK a répondu avec... #

    Bravo, c’est net, précis et clair.
    Une adresse ou info pour une CNC
    Fil chaud..

Ajouter votre réponse

Google Hairtz |
L'Atelier d'Aneliz |
Lessucreriesdanaetmae |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Eclipse de pullip
| CROUS-infosculture
| Les super-héros et l'a...